Sūn Wùkōng, un singe immortel,  en Occident souvent appelé roi singe  ou simplement singe , est un personnage principal du roman chinois la peregrination vers l ouest (西遊記/ Xī Yóu Jì) . Il est une figure culturelle et folklorique de premier plan à travers l'Asie.

Le roman

Les aventures du roi singe rediges au XVIeme siecle, s'appuient sur l'histoire reel du moine Xuan Zang (玄奘) nomme egalement Tang san zang (唐三藏), « Tripitaka de l'Empire des Tang », titre honorifique donne aux moines ayant la maîtrise de l'ensemble du canon bouddhiste, parti de Chine en Inde au VIIeme siecle afin de rapporter et de traduire les textes authentiques du courant de la « Conscience seule » (appeles Yogacara).

Ce periple fut décrit par son disciple dans le Dà Táng Xī Yù Jì (大唐西域記), le « Rapport du voyage en occident a l'epoque des grands Tang » en 646. Ce periple de 626 a 644 dura 18 ans.

Xuan Zang, un des quatre plus grands traducteurs des soutras bouddhiques de l'histoire de la Chine est considere comme le "saint patron" des copieurs et traducteurs dans le bouddhisme chinois.

Dans le Xī Yóu Jì, le moine rencontre toute une série de monstres prêts à le dévorer pour obtenir l'immortalité car sa chair pure donnerait dit-on 10 000 années de vie à qui la mangerait. Il est aidé par des Shén (神) « Divinités », des Xiān (仙) « Immortels», des Pú Sà (菩薩) (bodhisattva) en sanskrit et des (佛) (Bouddhas) qui tiennent à protéger son voyage périlleux.

 

Shì Jiā Móu Ní (釋迦牟尼) (Sakyamuni), le Bouddha historique, lui envoie la Bodhisattva, Guan Yin (觀音), la Grande Miséricordieuse, qui lui adjoint pour sa part quatre protecteurs : 

un singe immortel, auto-proclamé Qí Tiān Dà Shèng (齊天大聖), « Grand Saint Égal du Ciel », plus connu sous le nom de Sun Wu Kong (孫悟空), dont le prénom signifie « Conscient de la Vacuité »

un dragon, Longwang sanjun (龍王三君) « Troisième Fils du Roi-Dragon », transformé en Bái Lóng Mǎ (白龍馬), le « Cheval-Dragon Blanc », qui sert de monture au bonze

Un cochon ou sanglier, Zhu Bai Jie (豬八戒), « Huit Défenses (Interdits Religieux) » ou Wù Néng (悟能) « Conscient de ses Capacités » qui ne pense qu'à manger et à fonder une famille 

et enfin un bonze des sables, Sha He Shang (沙和尚) « Moine des Sables », aussi prénommé Wù Jìng (悟净) « Conscient de la Pureté » qui ne pense lui qu'à devenir meilleur.

Ce Roman met en evidence le syncrétisme idéologique et religieux de l'epoque, mélange de bouddhisme, taoïsme, et confucianisme. Outre la qualité de l'écriture, un des attraits de l’œuvre est qu'elle offre plusieurs niveaux de lecture ainsi qu'une grande variété de thèmes.

Histoire du roi singe

Wùkōng naquit de l'interieur d'un  rocher sur la montagne Huaguo, les vents et la lune façonnant la pierre en singe s'animant de façon surnaturelle.

 Il devient bientôt le chef d'une tribu de singes qui élisent domicile en toute sécurité dans la grotte du rideau d'eau sur la montagne des fleurs et des fruits. 

Wùkōng règne joyeusement sur les singes pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'il commence enfin à réaliser sa propre mortalité. 

Cherchant un moyen de devenir immortel, Wùkōng s'entraîne d'abord sous un patriarche Taoiste et maîtrise de nombreux sorts magiques. 

Lorsque les dix juges des morts viennent le chercher, il riposte, réussissant à effacer son nom et tous les noms des singes du livre de la vie et de la mort. les juges des morts le dénonce à l' empereur de Jade pour ces méfaits.

À la résidence des immortels sur le mont Pénglái , Wùkōng est nommé gardien des chevaux célestes pour lui éviter les ennuis. Quand il découvre sa promotion a un bas rang , il se rebelle, se désignant comme «Grand Sage, égal du ciel». 

Après un long combat, les dieux sont forcés de reconnaître ce titre, et Wùkōng est nommé gardien du jardin des pechers de l'immortalite de Xī Wáng Mǔ .

 Quand il apprend que les Bā Xiān l'ont exclu d'un banquet important, il se rebelle à nouveau, volant les pêches d'immortalité de Xī Wáng Mǔ, les pilules de longévité de Lao Tzu et le vin royal de l'empereur de jade, les dévorant tous. Il retourne ensuite à la grotte du rideau d'eau, où l' armée du ciel attaque. Wùkōng bat toute l'armée ainsi qu'Erlang Shen, le plus grand général du ciel.

Bouddha Vairocana piège enfin Wùkōng dans une montagne, sous un sceau avec le mantra Om Mani Padme Hum. Ici, il reste jusqu'à ce que Guānyīn fasse de lui le disciple de Xuánzàng . Il accompagne Xuánzàng dans le voyage pour récupérer des sutras de l'Inde, protégeant alternativement ses compagnons et causant des méfaits. Wùkōng atteint finalement l'illumination et devient un Bouddha, obtenant enfin son immortalité tant désirée.

Pouvoirs

72 Bian / "72 Transformations": lui permet de se métamorphoser en presque n'importe quelle forme, mais il n'est jamais capable de transformer sa queue. Il peut également transformer chacun des 84 000 cheveux de son corps en une autre forme, animée ou inanimée, et coupe souvent ses cheveux en plusieurs morceaux afin de créer encore plus de copies.

Bi Huo Jue / "Charme de protection contre les incendies": lui permet de survivre au feu.

Bi Shui Jue / «Charme de protection contre la noyade»: lui permet de survivre en eau profonde;

Sort de petrification: lui permet d'immobiliser les ennemis.

Huǒyǎn-jīnjīng (火眼金睛) / «regard doré aux yeux ardents»: lui permet d'identifier le mal quelle que soit sa forme; procure la vision vraie cependant, donne au singe une irritation occulaire. Wùkōng a acquis cette capacité après que Laozi l'ai piege dans son chaudron pendant 49 jours, tentant de le distiller comme punition.

Jie Suo Fa / «Sort de deverrouillage»: lui permet de pointer un doigt ou son bâton et de tout deverouiller.

Jīndǒuyún / «nuage-saut périlleux» ou «nuage trapèze»: lui permet de parcourir 108 000 li (54 000 km, 33 554 mi) en un seul bond.

Cercle de protection: lui permet d'ériger une barrière infranchissable en dessinant un cercle au sol avec son bâton.

Shen Wai Shen Fa / «Corps en dehors du corps»: se réfère spécifiquement à sa capacité à transformer ses cheveux en clones de combat contre lui-même

Invocation: lui permet d'invoquer des divinités locales

Vent: lui permet d'invoquer des vents forts et des tempêtes.

Possessions

Rúyì Jīn Gū Bàng (如意 金箍棒) / «Bâton magique doré» ou «Gourdin à reliure dorée idéal»: Son arme principale, à l'origine une tige de fer utilisée pour mesurer la profondeur de la mer. Le Rúyì Jīn Gū Bàng lui a été donné par le dragon Ao Guang . Le baton pèse 13 500 jin (8,1 tonnes), mais Wùkōng peut le soulever facilement et le changer à n'importe quelle taille. Il la réduit généralement à la taille d'une aiguille à coudre et la place derrière son oreille lorsqu'il ne l'utilise pas.

Fèngchìzǐjinguān (鳳 翅 紫金 冠) / «Bonnet en plumes de phénix»: Un des trésors des Rois Dragon, Ao Qin lui donne ceci afin de se débarrasser de lui lors de l'acquisition du Rúyì Jīn Gū Bàng.

鎖 子 黃金 甲 / "cotte de mailles dorée": Un des trésors des Rois Dragon; AO o Run lui donne ceci afin de se débarrasser de lui lorsqu'il acquiert le Rúyì Jīn Gū Bàng.

Bandeau magique: Pas tant une possession qu'un piège; Guanyin donne à Xuánzàng ce bandeau pour l'aider à garder Wùkōng sous contrôle. Un chant spécial resserre le bandeau, infligeant une douleur terrible.

Ǒusībùyúnlǚ (藕 絲 步雲 履) / «bottes de marche dans le nuage» ou «chaussures de marche dans le nuage»: faites de fibre de lotus, ce sont l'un des trésors des rois dragons; Ao Ming les lui donne afin de se débarrasser de lui lors de l'acquisition du Rúyì Jīn Gū Bàng.

Titres

Bìmǎwēn (弼馬溫): Le titre du Gardien des chevaux célestes, une position à consonance élevée qui est en fait l'une des plus basses de la cour de l'empereur de jade. Wùkōng prend à l'origine cette position en pensant qu'il s'agit d'un rang beaucoup plus élevé; quand il découvre la vérité, il écrase les écuries, libère les chevaux et quitte. Les ennemis utilisent plus tard ce titre pour le narguer, et il refuse généralement de parler ou de reconnaître son temps en tant que gardien des chevaux.

Qítiān Dàshèng (齊天 大聖) / "Grand Sage Égal du Ciel": Il se donne lui meme ce titre imaginaire, qui serait de haut rang s'il avait existé. Il est si tenace de mériter ce titre que l'empereur de jade finit par céder, faisant du Qítiān Dàshèng le gardien du jardin de pêche céleste de Xī Wáng Mǔ.

Differents noms suivant son evolution

Shí Hóu (石猴) / «Singe de pierre»: son prénom, qui fait référence au fait qu'il a été créé surnaturellement à partir d'un rocher.

Dòu-zhànshèng-fó (鬥 戰勝 佛) / «Bouddha combattant victorieux»: Son nom une fois qu'il a atteint l'illumination et devient un Bouddha.

Měi Hóuwáng (美 猴王) / «Le beau roi singe»

Sun Wu Kong/ (孫悟空) / «Singe éveillé au vide»: son nom bouddhiste que lui a donné le patriarche.

Xíngzhě (行者) / ”Ascétique”: Ce nom fait référence à un moine errant, un serviteur d'un prêtre ou toute personne menant une vie ascétique. Le moine Xuánzàng s'adresse à Wùkōng comme ceci après que Wùkōng l'ait rejoint dans sa quête des sutras.

Noms suivant les pays

Cambodgien: Sun Wukong

Cantonais: Suen Ng Hung (孫悟空 / 孙悟空)

Anglais: Monkey King or Monkey

Indonésien: Sun Go Kong

Japonais: Son Gokū (そ ん ご く う)

Coréen: Son Oh Gong (손오공)

Thaï: Heng Chia (เห้งเจีย) ou Sun Ngo Khong (ซุน หงอ คง)

Vietnamien: Tôn Ngộ Không

Dans la culture

Le festival Sūn Wùkōng a lieu le seizième jour du huitième mois lunaire du calendrier lunaire chinois.

Le temple bouddhiste de Xiùmàopíng, Hong Kong, a un sanctuaire à Sūn Wùkōng.

Sūn Wùkōng a été représenté dans de nombreux films, séries télévisées et jeux vidéo; directement et indirectement liés à Journey to the West. 

Une comedie musicale Monkey, Journey to the West est un opera pop composé par Damon Albarn et créé en 2007.

God of Highschool, en Coree du Sud, est l'histoire de Jin Mori qui est plongé dans une bataille entre les dieux et les humains servant les premiers cites  ainsi qu'un groupe sélectionne  d'humains qui se battent contre eux. Le personnage etant le principal protagoniste de l'histoire se révèle être le roi singe  ayant  perdu ses souvenirs et réside actuellement dans le monde humain.

Dragon Ball / Dragon Ball Z, la série manga / anime la plus populaire, est fortement influencée par l'histoire de Sun Wukong. 

Sorti un peu de nulle part et passé complètement inaperçu en France, le mang japonais librement interprete du Si You Ji le Saiyukiden dans un univers post apocalyptique

Quelques illustrations