bracelet mala. 18 disciples de Bouddha, arhat. Noyaux d'olives du Bresil entièrement sculptés à la main. Pièce rare et unique. curiosité

bracelet mala. 18 disciples de Bouddha, arhat. Noyaux d'olives du Bresil entièrement sculptés à la main. Pièce rare et unique. curiosité

$175.99

Shipping to United States: Free

bracelet mala.
18 disciples de Bouddha, arhats.
Noyaux d'olives du Bresil entièrement sculptés à la main un visage sur les 9 perles soit 18 visages différents au total
Pièce rare et unique.
curiosité.
travail fin et délicat.

Dimension du bracelet mala: 26cm de long sur 17mm de large. chaque noyau fait 24mm de long sur 17mm de large sur 15mm d'épaisseur
Poids de 35 grammes.

Video longue disponible sur notre chaine youtube via ce lien
https://youtu.be/WK72y_oqZlY

pour découvrir l'ensemble de notre collection bracelet, veuillez cliquer sur ce lien
https://www.etsy.com/fr/shop/DongmeietJeremyZG?ref=seller-platform-mcnav§ion_id=22230004

Pour une visite complete de notre boutique en ligne, veuillez cliquer sur ce lien
https://www.etsy.com/fr/shop/DongmeietJeremyZG?ref=seller-platform-mcnav

Qu'est qu'un Arhat? Techniquement, un arhat (chin. simplifé/ traditionnel 罗汉 / 羅漢 Luohan, Coréen Hangeul 아라한, Japonais rakan: 羅漢, tibétain dgra bcom pa, "celui qui a détruit les ennemis des afflictions") est un adepte bouddhiste qui a atteint un état où la réincarnation ne sera plus nécessaire, et le nirvana est juste devant. Tous les disciples du Bouddha sont supposés être devenus des arhats. Dans la pensée populaire, les arhats ont souvent des pouvoirs surnaturels.

Dans le bouddhisme theravada (dit du petit véhicule) Arhat est défini dans le bouddhisme theravada comme quelqu'un qui a compris la véritable nature de l'existence et qui a réalisé le nirvana. l'état d'arhant est le but final de la pratique bouddhique : l'atteinte du nirvana, ce qui signifie l'élimination des afflictions, la fin des renaissances dans le monde de la souffrance samsara et l'accession à l'état « où il ne reste rien à apprendre ». Dans l'Inde prébouddhiste, le terme Arhat (désignant une personne sainte en général) était étroitement associé au pouvoir miraculeux et à l'ascèse. Les bouddhistes faisaient une distinction nette entre leurs Arhats et les hommes saints indiens, et les pouvoirs miraculeux n'étaient plus au centre de l' identité ou de la mission d'Arhat.

Après avoir atteint le nirvana, les cinq agrégats (formes physiques, sentiments / sensations, perception, formations mentales et conscience) continueront à fonctionner, soutenus par la vitalité physique corporelle. Cet accomplissement est appelé l'élément nibbana avec un résidu restant . Mais une fois que l'arhat aura disparu et que le corps physique se sera désintégré, les cinq agrégats cesseront de fonctionner, mettant ainsi fin à toute trace d'existence dans le monde phénoménal et, partant, à la libération totale de la misère du samsara. Il serait alors appelé l'élément nibbana sans résidu . Parinirvana se produit à la mort d'un arhat.

Toujours dans le bouddhisme Theravada, le Bouddha lui-même est d'abord identifié comme un arhat, de même que ses disciples éclairés, car ils sont exempts de toutes souillures, ils existent sans avarice, haine, illusion , ignorance et désir insatiable . Manquant d '"atouts" qui mèneront à une future naissance, l'arhat sait et voit le réel ici et maintenant. Cette vertu montre la pureté inoxydable, la vraie valeur et l'accomplissement de la fin, le nibbana. Arhat désigne le dernier échelon de la sagesse. Celui qui y est parvenu est un arhat. En sanskrit, le terme est le participe présent du verbe arh-, « mériter ». C'est donc proprement un « méritant ». « Celui qui a vaincu l'ennemi », c'est-à-dire ici la cupidité, la colère et les illusions, l'ignorance.

C'est la quatrième et dernière étape du śrāvaka, le disciple du bouddhisme theravâda. Selon certaines interprétations, il existe une différence entre un arhat et un bouddha en ce que l'arhat a atteint l'Éveil à la suite d'un enseignement, alors qu'un bouddha l'a atteint par lui-même.

Dans le bouddhisme Mahāyāna (Dit du grand véhicule) Contrairement à l'objectif de devenir un bouddha pleinement éclairé, le chemin d'un śrāvaka consistant à rechercher la libération personnelle de la saṃsāra est souvent décrit comme égoïste et indésirable. Il existe même des textes Mahāyāna considèrant l'aspiration arbitraire et à la libération personnelle comme une voie extérieure au bouddhisme.

Au lieu d'aspirer à devenir arhat, les Mahayanins sont invités à prendre la voie du bodhisattva et de ne pas retomber au niveau d'arhats et Çrâvakas. Par conséquent, il est enseigné qu'un arhat doit devenir un bodhisattva par la suite. S'ils ne le font pas dans la vie dans laquelle ils sont devenus Arhats, ils tomberont dans un samadhi profond.de la vacuité, pour être un jour réveillé afin de poursuivre l'idéal du bodhisattva. Selon le sutra du lotus, tout véritable arhat acceptera par la suite le chemin du Mahāyāna.

Les enseignements de Mahāyāna considèrent souvent que le chemin du śrāvaka est motivé par la peur du saṃsāra, les rendant incapables d'aspirer à la bouddhéité manquant des qualités propres du bodhisattva: courage, sagesse et compassion.

Ne possédant pas les capacités, la compréhension de la prajnaparamita et sans connaissance des moyens habiles en vue de se perfectionner, les bodhisattvas novices sont parfois comparés aux śrāvakas et aux arhats. Dans le Aṣṭasāhasrikā Prajñāpāramitā Sūtra , il existe un récit de soixante bodhisattvas novices atteignant l’êtat d' arhat en dépit d’eux-mêmes malgré leurs efforts sur la voie des bodhisattvas.

Le bouddhisme Mahayana considére le chemin de śrāvaka culminant dans l'arhat comme un accomplissement moins important que l'illumination totale, mais respecte néanmoins les arhats pour leurs réalisations respectives. Par conséquent, les royaumes de Bouddha sont décrits comme peuplés à la fois par les arhats et les bodhisattvas.

Le bouddhisme chinois, tibétain et d'autres traditions est-asiatiques ont toujours accepté cette perspective, et des groupes d'arhats spécifiques sont également vénérés, tels que les seize , les dix huit et les cinq cents arhats. Nous nous interesserons aux 18 arhats, les disciples de Sakyamuni.

Les dix - huit Arhats (ou Luohan) sont représentés dans le Mahayana comme les disciples originaux de Bouddha Gautama qui ont suivi le Noble sentier octuple et atteint les quatre étapes de l'illumination . Ils ont atteint l'état de nirvana et sont libérés des désirs de ce monde. Ils sont chargés de protéger la foi bouddhiste et d'attendre sur terre la venue de Maitreya , un Bouddha éclairé a prophétisé pour arriver sur la terre plusieurs millénaires après la mort de Gautama Bouddha ( parinirvana ). En Chine , les dix-huit arhats sont également un sujet de prédilection dans l'art bouddhiste.

À l'origine, les arhats étaient composés de seulement 10 disciples du Gautama Bouddha, bien que les premiers sutras indiens indiquent que seuls 4 d'entre eux, Pindola, Kundadhana, Panthaka et Nakula, avaient reçu l'ordre d'attendre la venue de Maitreya. Les premières représentations chinoises des arhats remontent au IVe siècle et se concentraient principalement sur Pindola,popularisé dans l’art par le livre Méthode pour inviter Pindola (賓 度 羅, Qǐng Bīndùluó Fǎ)

Plus tard, ce nombre a augmenté jusqu'à seize pour inclure les patriarches et autres adeptes spirituels. Les enseignements sur les Arhats se rendirent en Chine où ils s'appelèrent Luohan, une transcription chinoise pour Arhat), mais ce ne fut qu'en 654 après JC que le Nandimitravadana (法 住 記, Fǎzhùjì ) Le compte rendu de la durée de la loi, prononcé par le grand arhat Nadimitra , a été traduit par Xuanzang en chinois pour indiquer le nom de ces arhats. Pour quelque raison que ce soit, Kundadhana a été rayé de cette liste.

Quelque part entre la fin de la dynastie Tang et le début des cinq dynasties et dix royaumes, deux autres Luohans ont été ajoutés à la liste amenant le nombre à 18. Cette représentation de 18 Luohans au lieu de 16 Luohans s'inscrit dans les traditions bouddhistes chinoises modernes. Un culte construit autour des Luohans en tant que gardiens de la foi bouddhiste gagna du terrain chez les bouddhistes chinois à la fin du IXe siècle, car ils venaient de traverser une période de grande persécution sous le règne de l' empereur Tang Wuzong.
Suite de l'explication sur notre blog via ce lien
https://www.dongmeietjeremyzg.com/post/611354895016/les-dix-huit-arhats-disciples-de-bouddha

Shipping from France

Processing time

5-7 business days

Customs and import taxes

Buyers are responsible for any customs and import taxes that may apply. I'm not responsible for delays due to customs.

Payment Options

Secure options
  • Accepts Etsy gift cards

Returns & Exchanges

I gladly accept returns

Just contact me within: 3 days of delivery

Ship items back to me within: 7 days of delivery

I don't accept exchanges or cancellations

But please contact me if you have any problems with your order.

The following items can't be returned or exchanged

Because of the nature of these items, unless they arrive damaged or defective, I can't accept returns for:

  • Custom or personalized orders
  • Perishable products (like food or flowers)
  • Digital downloads
  • Intimate items (for health/hygiene reasons)
  • Items on sale

Conditions of return

Buyers are responsible for return shipping costs. If the item is not returned in its original condition, the buyer is responsible for any loss in value.

Legal imprint